Camille Froidevaux-Metterie

Professeur
Science politique.
Faculté de Droit et de Science Politique

Centre de Recherche Droit et Territoire
  • THESE

    Religion, politique et histoire : christianisme et modernité selon Ernst Troeltsch, soutenue en 1997 à Paris EHESS sous la direction de Marcel Gauchet 

  • Camille Froidevaux-Metterie, Patriarcat, la fin d'un monde, Seuil, 2024, Libelle, 48 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, Pleine et douce: roman, Sabine Wespieser éditeur, 2023, 216 p.   

    Camille Froidevaux-Metterie, Être féministe, pour quoi faire ?, La Martinière jeunesse et Impr. Sipap, 2023, Alt, 29 p.    

    Dans la plupart des démocraties occidentales, les femmes disposent des mêmes droits que les hommes. Pourtant, les discriminations ne cessent pas et les violences sont quotidiennes. Certains droits qui semblaient acquis pour toujours sont même remis en question. En revenant sur les grandes étapes historiques et les jalons théoriques qui ont marqué la lutte pour l’émancipation des femmes, Camille Froidevaux-Metterie explique la notion de patriarcat et les différents aspects du féminisme. Elle rappelle ainsi la nécessité des combats qu’il nous reste à mener.

    Camille Froidevaux-Metterie, Pleine et douce, Feryane et Impr. CORLET, 2023, Roman ( 18 ), 301 p.   

    Camille Froidevaux-Metterie, Un si gros ventre: expériences vécues du corps enceint, Éditions Stock et Philosophie Magasine Editeur, 2023, Stock essais, 237 p.   

    Camille Froidevaux-Metterie, Un corps à soi, Éditions Points, 2023, Points ( Essais ), 504 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, Seins: en quête d'une libération, Editions Points, 2022, Points, 190 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, Rozenn Canevet (dir.), Écoféminisme(s) et art contemporain, ESAD de Reims et Les presses du réel, 2022, EKES, 143 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, Rozenn Canevet (dir.), EKES: revue art et sciences sociales, École Supérieure d'Art et de Design (ESAD), 2022  

    La collection EKES (EarthKeeping EarthShaking) en Art et Sciences sociales diffuse les recherches du programme éponyme porté à l’ÉSAD de Reims au sein du master Art depuis septembre 2020.

    Camille Froidevaux-Metterie, Seins: en quête d'une libération, Anamosa et Cairn, 2021, Hors collection, 221 p.   

    Camille Froidevaux-Metterie, Un corps à soi, Éditions du Seuil, 2021, La Couleur des idées, 376 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, Le corps des femmes: la bataille de l'intime, Éditions Points, 2021, [Points ( Féministe] ), 157 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, La révolution du féminin, Cairn et Gallimard, 2021, Folio Essais  

    Le féminisme a produit bien plus qu'une dynamique d'égalisation des conditions féminine et masculine, il a profondément transformé nos sociétés occidentales en initiant un double processus de féminisation du social et de masculinisation de l'intime.Par-delà les mécanismes qui nourrissent les inégalités, les discriminations et les violences, il faut ainsi pouvoir repérer que nous sommes en train de vivre une mutation à l'échelle de l'histoire humaine : la convergence des genres se dessine qui annonce l'advenue d'un individu générique.Dans l'horizon d'un monde devenant neutre et égalitaire, la condition incarnée de nos existences revêt un nouveau sens. Affranchie des déterminismes tant naturels que culturels, la sexuation des corps se conçoit désormais au prisme de la singularité, comme un projet relevant de la libre volonté individuelle.Pour les femmes qui n'ont longtemps été que des corps, il s'agit d'éprouver une condition paradoxale, écartelée entre aliénation et libération. Analyser les modalités de l'expérience vécue du féminin, c'est alors définir ce dernier comme un rapport à soi, au monde et aux autres qui passe spécifiquement par le corps.

    Camille Froidevaux-Metterie, Pauline Delage, Brigitte Grésy, Alexandre Jaunait, Michelle Perrot [et alii], Les nouveaux féminismes, Seuil, 2020, 173 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, La révolution du féminin, Gallimard, 2020, Folio ( Essais ), 513 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, Le corps des femmes: la bataille de l'intime, Philosophie magazine éditeur, 2018, 157 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, Marc Chevrier (dir.), Des femmes et des hommes singuliers: perspectives croisées sur le devenir sexué des individus en démocratie, Cairn et Armand Colin, 2016, Recherches  

    Si l'égalité entre les sexes définit l'horizon des femmes et des hommes de notre temps, il demeure que les unes et les autres s'assument en tant que sujets incarnés féminins ou masculins. L'expression de leur sexuation paraît ainsi relever bien davantage de leur inclination personnelle que d'une quelconque fatalité sociale ou naturelle. Dans nos sociétés où les assignations de genre s'estompent et où les rôles sociaux et familiaux se désexualisent, la pleine maîtrise de sa singularité sexuée devient la marque même de l'individualité. C'est cette expérience subjectivement vécue que le présent ouvrage, fruit d'une collaboration entre chercheurs du Québec et de France, se propose d'étudier, dans un esprit pluridisciplinaire. Abordant la question sous ses deux versants théorique et empirique, il met au jour un rapport à soi et au monde inédit, orienté vers l'horizon de l'égalité, déterminé par le primat social de l'individu, mais rebelle à l'indifférenciation d'un individualisme désincarné

    Camille Froidevaux-Metterie, La révolution du féminin, Gallimard, 2015, Bibliothèque des sciences humaines, 370 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, Marc Chevrier (dir.), Des femmes et des hommes singuliers : perspectives croisées sur le devenir sexué des individus en démocratie, Armand Colin, 2014, Recherches, 248 p.  

    La 4e de couverture indique :"Si l'égalité entre les sexes définit l'horizon des femmes et des hommes de notre temps, il demeure que les unes et les autres s'assument en tant que sujets incarnés féminins ou masculins. L'expression de leur sexuation paraît ainsi relever bien davantage de leur inclination personnelle que d'une quelconque fatalité sociale ou naturelle. Dans nos sociétés où les assignations de genre s'estompent et où les rôles sociaux et familiaux se désexualisent, la pleine maîtrise de sa singularité sexuée devient la marque même de l'individualité. C'est cette expérience subjectivement vécue que le présent ouvrage, fruit d'une collaboration entre chercheurs du Québec et de France, se propose d'étudier, dans un esprit pluridisciplinaire. Abordant la question sous ses deux versants théorique et empirique, il met au jour un rapport à soi et au monde inédit, orienté vers l'horizon de l'égalité, déterminé par le primat social de l'individu, mais rebelle à l'indifférenciation d'un individualisme désincarné."

    Camille Froidevaux-Metterie, Politique et religion aux États-Unis, Cairn et La Découverte, 2011, Repères  

    Les États-Unis présenteraient le cas unique, dans le monde occidental, d’une démocratie ayant réservé à la religion une place à part dans la vie politique : voici une affirmation qui fait aujourd’hui figure de lieu commun. En ne retenant que les manifestations d’une certaine religiosité publique, on oublie de rappeler que la République américaine est fermement laïque, le Premier amendement garantissant la séparation des Églises et de l’État. Surtout, on passe à côté de la spécificité de ce pays qui explique le sentiment d’étrangeté qu’il nous inspire. Deux forces contradictoires y cœxistent : un esprit de religion que l’on peut ramener à la volonté de placer l’ordre civil sous tutelle chrétienne, et un esprit de laïcité qui tend à l’inverse à cantonner la religion dans la sphère privée. Au cours de l’histoire, ces deux forces ont alterné par vagues successives, sans que jamais l’édifice laïque ne soit véritablement menacé. La synthèse a longtemps été assurée par la notion de « religion civile » qui associe idéal libéral et parrainage divin de la nation en une sorte de credo civil commun

    Camille Froidevaux-Metterie, Politique et religion aux États-Unis, La Découverte, 2009, Collection Repères ( Sciences politiques Droit ), 123 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie (dir.), Religion et politique dans les sociétés sécularisées: de la diversité des possibles laïques, Presses Science Po, 2009, 180 p. 

    Camille Froidevaux-Metterie, Ernst Troeltsch: la religion chrétienne et le monde moderne, Presses universitaires de France, 1999, Sociologies, 296 p.   

    Camille Froidevaux-Metterie, Religion, politique et histoire: christianisme et modernité selon Ernst Troeltsch, Atelier national de reproduction des thèses, Université Lille 3, 1998, Lille-thèses 

    Camille Froidevaux-Metterie, Les logiques de construction d'une avant-garde: l'exemple du Nouveau réalisme, s.n, 1991 

  • Camille Froidevaux-Metterie, À lire, Le Débat, 1997, 5e éd., ° 97, pp. 190-192   

  • Camille Froidevaux-Metterie, « Les élections », le 12 mai 2022  

    Organisée dans le cadre des "Conférences citoyennes du CRDT" - Université Reims-Champagne-Ardennes

    Camille Froidevaux-Metterie, « Elections présidentielles 2017 : le point à l'entre-deux-tours », le 27 avril 2017 

    Camille Froidevaux-Metterie, « Burkinis et Pokemons », le 20 septembre 2016  

    Actualité de la police administrative

    Camille Froidevaux-Metterie, « Troeltsch et la sécularisation », Programme Sécularisation des Archives Husserl, des Centres Cujas et Dogma, Université de Paris II Panthéon-Assas, Paris, le 01 juin 2015 

  • Camille Froidevaux-Metterie, Table-ronde 1 - Religion, laïcité, fondamentalismes 

    Camille Froidevaux-Metterie, Table-ronde 2 - Les mutations anthropologiques de l’individu contemporain 

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL
  • Clément Morier, Du politique comme dimension morphologique : la théorie des catastrophes et la question des formes de société, thèse soutenue en 2015 à Lyon 3 sous la direction de Jean-Paul Joubert, membres du jury : Jacques Viret (Rapp.), Jean-Vincent Holeindre (Rapp.), Bruno Pinchard    

    Ce travail a pour objet une étude théorique des formes de société politique et des contraintes de production de leur unité collective. Le questionnement qui l’anime interroge les modalités de base génératrices d’une dimension collective, par laquelle faire tenir les agents sociaux ensemble, dans un espace commun. Ces formes sont considérées à partir de l’enseignement apporté par l’œuvre de Marcel Gauchet. Les travaux de ce dernier ont approfondi les modes différenciés de structuration de l’existence collective, selon le déploiement d’un fonctionnement autonome des collectivités humaines-sociales, par extraction hors de l’hétéronomie. Autour de l’instauration et de la modification possible des configurations d’un espace humain-social, il s’agit de s’interroger spécifiquement sur les contraintes de mise en forme, inhérentes aux possibilités de déploiement de cet espace. Cette formation interne sera appréhendée par un angle dynamique, issu des travaux fournis par l’œuvre morphologique de René Thom. Au travers de la théorie des catastrophes (TC), il a dressé une liste de formes stables et de processus de changement, instables dans le temps, mais robustes dans les dimensions qui en permettent le déploiement. Depuis l’analyse d’un système dynamique nécessaire à l’intelligence de ce déploiement, une articulation problématique se découvre : l’organisation de la dimension collective dans l’immanence, et la gestion politique de la dimension historique, incitent à questionner l’historicité interne des collectivités, à partir de la notion de processus morphologique et selon les déformations que ce processus peut connaître. Les éclairages que cette notion de processus apporte, indiquent l’effectivité d’un travail de la forme, dans l’étude du tenir ensemble des collectivités politiques.

  • Eliott Mourier, Les Partenariats Public-Religieux. Action sociale religieuse et reconfiguration du rapport entre État et Églises dans le Brésil du XXIe siècle, thèse soutenue en 2013 à Paris 3 sous la direction de Georges Couffignal et Olivier Compagnon, membres du jury : Jean-Pierre Bastian (Rapp.), Yves Surel  

    Ce travail prétend contribuer à une meilleure compréhension des mutations contemporaines durapport entre politique et religion dans la modernité, à travers le prisme de l’action sociale entreprise par lesacteurs religieux et sa croissante prise en compte par les États avec la mise en oeuvre de « partenariatspublic-religieux ». À l’heure où la crise des États-providence impose à ces derniers de repenser leursmodèles et leur pratique du social, les entités religieuses, toujours plus diverses et engagées, non seulementdans l’objectif du salut des âmes, mais également dans leur bien-être et leur sécurité physique et matérielle,offrent une alternative crédible à des États de plus en plus « superviseurs » et non plus « fournisseurs » debiens et services sociaux. Le Brésil contemporain, qui retiendra ici notre attention, où la souplesse de laséparation entre l’État et les Églises permet l’instauration d’une véritable collaboration de type « gagnantgagnant», voit aujourd’hui l’émergence et la multiplication du recours à ces « partenariats public-religieux »dont ce travail proposera une définition et une typologie. Des formes de coopération entre un État et desentités religieuses catholiques certes, mais de plus en plus évangéliques, spirites-kardécistes, mormones,chamanistes ou encore afro-brésiliennes, qui offrent un prisme d’analyse original des transformations del’action publique de l’État et des évolutions du champ religieux aujourd’hui à l’oeuvre. Plus encore, les« partenariats public-religieux » reflètent de manière symptomatique la reconfiguration des relations entreles sphères politique et religieuse et, de façon plus générale, du rapport entre modernité et religion à l’èreglobale, dont ce travail, centré sur le Brésil mais empreint de comparatisme, cherchera à rendre compte.

  • Jill Drouillard, À la recherche du Dasein féminin : sexe, technique, et génération, thèse soutenue en 2018 à Sorbonne université sous la direction de Jean-Michel Besnier, membres du jury : Jennifer Merchant et Anne O'Byrne    

    La recherche du Dasein féminin est une enquête sur la relation symbiotique entre la femme et son environnement comme il se déroule durant une certaine période de l'histoire. En postulant l'existence d'une temporalité féminine particulière et d'une manière féminine d'être-au-monde, ce projet conteste la vision de Martin Heidegger selon laquelle le Dasein, dans sa neutralité, n'est d'aucun sexe. En commençant par souligner que la lacune de sa philosophie repose dans son incapacité à aborder le problème de la sexualité comme différence ontologique, ce projet fait appel à différents philosophes, notablement de la tradition féministe anglo-saxonne, afin de caractériser l'unique façon d'être de la femme. Dans la mesure où notre contact avec l'environnement est de plus en plus mêlé aux questions de la technique, je questionne la relation particulière de la femme à celle-ci, et spécialement à la technique reproductive qui marque de façon prégnante l'association historique des femmes à la « nature ». En m'appuyant sur la philosophie de L'Etre, de l’art, et de la technique de Heidegger, ainsi que sur différents penseurs de disciplines variées, j'esquisse une existence qui est singulier au féminin.