Nathalie Martin-Papineau

Maître de conférences
Science politique.
Faculté de Droit et des Sciences sociales

Institut de Droit Public
  • THESE

    Les familles monoparentales dans le champ politique français : émergence, construction, captations d'un problème, 1968-1988, soutenue en 1994 à Paris Institut détudes politiques, sous la direction de Pierre Favre 

  • Nathalie Martin-Papineau, Céline Lageot (dir.), Approches franco-britanniques de la précarité. Principe(s), droit(s), pratique(s): principe(s), droit(s), pratique(s) ?, Presses universitaires juridiques de Poitiers et LGDJ - Lextenso éditions, 2016, Collection de la Faculté de droit et des sciences sociales ( Actes & colloques ), 236 p.    

    La 4e de couverture indique : "Si les universités de Cambridge et Poitiers sont unies de longue date par une convention bilatérale en matière d'enseignement, c'est la première fois qu'elles organisent un colloque ensemble. Suggéré par l'Université de Cambridge, le thème de la précarité, s'il a déjà été abordé par de nombreuses études françaises, est en revanche bien moins souvent interrogé dans une perspective comparée : comment deux Etats européens, dont la culture et le système juridiques sont si éloignés, appréhendent ils cette question ? Que nous apportent sur ce thème les approches croisées du droit et de l'étude de l'action publique en France et en Grande-Bretagne ? En droit, il n'existe pas de définition précise de la précarité ; elle n'est pas une catégorie juridique stricto sensu. La question de la précarité s'immisce dans certaines branches du droit dont la vocation principale n'est pas la protection contre les vulnérabilités : le droit des contrats quand il protège les bénéficiaires d'un bail précaire, le droit pénal quand il laisse au juge d'application des peines la liberté de prendre en compte la précarité sociale du condamné pour penser les mesures qu'il va prendre à son égard, les dispositifs de lutte contre l'exclusion numérique ou les dispositifs d'accompagnement de l'usage collectif d'internet, etc. Il est dès lors intéressant de mettre au jour les différents usages de la précarité, ses effets aussi (qu'ils soient voulus ou non) pour préciser comment, par touches successives, la précarité s'installe comme objet du droit et de l'action publique. Cette approche permettra de répondre à la question de savoir si l'on peut déceler une « mise en norme » de la précarité, au-delà du traitement des catégories d'individus précaires. Partant de présupposés très différents, la France et la Grande-Bretagne se dirigent elles vers des réponses convergentes ou encore aujourd'hui très différenciées ?"

    Nathalie Martin-Papineau (dir.), Les territoires de la santé: actes du colloque du 13 décembre 2007 de l'Institut de droit social et sanitaire [Poitiers], LGDJ, 2009, Collection de la Faculté de droit et des sciences sociales, 136 p. 

    Nathalie Martin-Papineau (dir.), La loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, LGDJ, 2007, Collection de la Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers, 171 p. 

    Nathalie Martin-Papineau (dir.), La protection sociale face au vieillissement: journées d'étude, Poitiers, 23 octobre 2003, Université de Poitiers et diff. LGDJ, 2004, Collection de la Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers, 252 p. 

    Nathalie Martin-Papineau, Les familles monoparentales: émergence, construction, captations d'un problème dans le champ politique français (1968-1988), l'Harmattan, 2001, Logiques politiques, 377 p. 

  • Nathalie Martin-Papineau, « Entre confirmation et réorientation : la régionalisation de la santé en France », RDSS. Revue de droit sanitaire et social, 2005, n°02, p. 253   

    Nathalie Martin-Papineau, « La construction paradoxale d’un problème politique: l’exemple des familles monoparentales (1968 - 1988) », 2003, pp. 7-20    

    L'auteur propose de mettre au jour les voies par lesquelles une pratique familiale, la monoparentalité, a progressivement été érigée en problème politique au terme d’un processus d’émergence qui l’a extraite du champ social pour « l’installer » parmi les objets d’intervention du champ politique. Ce qui se joue alors à l’intersection du politique et du social à propos de la famille semble digne d’intérêt. En effet, comment expliquer que la monoparentalité se soit retrouvée, à un moment de son histoire – alors qu’elle se déroule mais ne commence pas – parmi les problèmes politiques ? Pourquoi au début des années soixante-dix? Comment et pourquoi a-t-elle acquis une visibilité sociale, préalable indispensable à toute politisation ? Ce travail est donc consacré à la découverte des logiques s'exerçant aux frontières du politique et du social : elles réalisent l'articulation entre ces deux secteurs auxquels on peut attribuer des caractéristiques et des forces autonomes, mais l'on ne saurait les considérer comme indépendants l’un de l’autre.

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL
  • Pierre Julan, Participation du citoyen à l'action publique. , thèse en cours depuis 2017 

  • Lise Monneraud, L'agir sanitaire , thèse soutenue en 2009 à Bordeaux 4 sous la direction de Claude Sorbets  

    La santé, objet d'action publique, objet politique - parfois politisé - se donne à voir comme un construit complexe. Les configurations observées en France et plus particulièrement dans un espace régional témoignent d'un constant processus de reconstruction du champ de l'intervention en matière sanitaire, donc du concept même de santé dans son extensionnalité comme dans son intentionnalité, ainsi que des formes légitimes d'engagement. La santé déborde des frontières de l'intervention - et partant de l'analyse - en des termes sectoriels. Saisir non pas tant ce qu'elle est mais ce qu'elle devient appelle une approche de type descriptif au sens latourien. Une telle démarche sert à révéler des dynamiques de reconstruction cognitive et normative et d'engagement multiples de la part d'acteurs hétérogènes qui ne peuvent être réduits aux professionnels de santé, ni à l'administration des Affaires sociales. Au-delà de la stricte analyse d'une politique publique, il s'agit de déployer la trame des acteurs, des objets et des représentations qui, par leurs connexions, forment un agir collectif en matière sanitaire. L'analyse permet de mettre au jour la construction d'un agir non pas sous forme d'un réseau structuré, d'un projet systémique élaboré de manière cohérente et collectivement poursuivi, mais selon un processus fondamental d'ajustement : ajustement entre acteurs, ajustement des missions aux évolutions des cadres de la légitimité et aux contraintes situationnelles perçues, ajustement du modèle français d'intervention publique en matière de santé. Ce sont donc des dynamiques d'actualisation plus que de réforme des modalités d'engagement qui émergent de l'observation locale. Ainsi les acteurs entrent-ils en résonance et en cohérence selon un processus kaléïdoscopique d'adaptation sans fin : sans fin parce que sans terminaison située dans l'espace et le temps, et parce que les interventions ne participent pas de la réalisation d'un but explicitement formulé et unanimement reconnu comme la visée politique légitime pour l'ensemble des formes d'intervention qui, donc, constituerait un principe de gouvernance en matière sanitaire.