Laurent Bouchard

Maître de conférences
Histoire du droit et des institutions.
Faculté de Droit et des Sciences sociales

Institut d'Histoire du Droit
  • THESE

    Les protestants français face à la monarchie : la difficile recherche d'un modèle d'intégration juridique (1559-1715), soutenue en 2007 à Poitiers, sous la direction de Éric Gojosso 

  • Laurent Bouchard, La tolérance religieuse réinventée (1559-1715), Editions universitaires européennes, 2011, 520 p. 

    Laurent Bouchard, Les protestants français face à la monarchie: la difficile recherche d'un modèle d'intégration juridique (1559-1715), Atelier national de reproduction des thèses, Université de Lille 3, 2008, Lille-thèses 

  • Laurent Bouchard, « L’édit de Nantes : un régime d’exception ? », Cahiers poitevins d'Histoire du droit, 2019   

    Laurent Bouchard, « Le préfet : un instrument de domination devenu outil de dialogue ? », Gestion et management public , 2015, n°4, pp. 31-44 

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL
  • Charles-Edouard Aubert, Observer la loi, obéir au roi : les fondements doctrinaux de la pacification du royaume de l'édit de Nantes à la Paix d'Alès (1598-1629), thèse soutenue en 2021 à Strasbourg sous la direction de Raphaël Eckert, membres du jury : François Saint-Bonnet (Rapp.), Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu    

    L’étude des fondements doctrinaux de la pacification entre 1598 et 1629 appelle l’analyse des discours tenus sur la paix entre l’édit de Nantes et celui de Nîmes. Cette période est particulièrement propice pour tenter de mettre en lumière les idées directrices de la construction de la paix de religion dans le royaume de France. L’édit de pacification de Nantes promulgué en 1598 par le roi Henri IV réinstaure encore une fois le principe de tolérance civile. Ses premiers commentateurs, qui appartiennent par leurs idées au courant des Politiques, s’efforcent de montrer que la pacification repose sur l’observation de principes fondamentaux qu’ils se donnent alors pour mission d’expliquer. Il s’agit pour eux de refonder l’autorité du roi de laquelle procède l’obéissance, condition sine qua non d’une paix durable. La mort du roi Henri IV en 1610 retentit comme une mise à l’épreuve de la conduite à tenir établie par les Politiques. Henri IV ne constituant plus la garantie personnelle du texte, les discours produits, tant par les réformés que par les catholiques, témoignent de difficultés d’observation du texte liées à une remise en question de l’autorité royale et de l’obéissance dont le bilan est la reprise des guerres de religion jusqu’en 1629.