Laure Neumayer

Professeur
Science politique.

Centre Universitaire de Recherches sur l'Action Publique et le Politique - Épistémologie et Sciences Sociales
  • THESE

    La construction de l'enjeu européen dans trois pays candidats à l'adhésion à l'Union européenne : une analyse comparée de la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, soutenue en 2002 à Paris Institut détudes politiques, sous la direction de Georges Mink 

  • Laure Neumayer, Raluca Grosescu, Eva-Clarita Pettai (dir.), Transnational activism and the globalization of anti-communism after 1989, PUF, 2020, 286 p. 

    Laure Neumayer, The Criminalisation of Communism in the European Political Space after the Cold War, Routledge, 2019, Critical European studies, 256 p.    

    "Memory has taken centre stage in European-level policies after the Cold War, as the Western historical narrative based on the uniqueness of the Holocaust was being challenged by calls for an equal condemnation of Communism and Nazism. This book retraces the anti-communist mobilisations carried out by Central European representatives in the Parliamentary Assembly of the Council of Europe and in the European Parliament since the early 1990s. Based on archive consultation, interviews and ethnographic observation, it analyses the memory entrepreneurs’ requests for collective remembrance and legal accountability of Communist crimes in European institutions, Pan-European political parties and transnational advocacy networks. The book argues that these newcomers managed to strengthen their positions and impose a totalitarian interpretation of Communism in the European assemblies, which directly shaped the EU’s remembrance policy. However, the rules of the European political game and recurring ideological conflicts with left-wing opponents reduced the legal and judicial implications of this anti-communist grammar at the European level. This text will be of key interest to scholars and graduate students in memory studies, post-Communist politics and European studies, and more broadly in history, political science and sociology" (ed.)

    Laure Neumayer, The criminalisation of communism in the European political space after the Cold War, Routledge et Taylor & Francis Group, 2018, Critical European Studies  

    Memory has taken centre stage in European-level policies after the Cold War, as the Western historical narrative based on the uniqueness of the Holocaust was being challenged by calls for an equal condemnation of Communism and Nazism.This book retraces the anti-communist mobilisations carried out by Central European representatives in the Parliamentary Assembly of the Council of Europe and in the European Parliament since the early 1990s. Based on archive consultation, interviews and ethnographic observation, it analyses the memory entrepreneurs' requests for collective remembrance and legal accountability of Communist crimes in European institutions, Pan-European political parties and transnational advocacy networks. The book argues that these newcomers managed to strengthen their positions and impose a totalitarian interpretation of Communism in the European assemblies, which directly shaped the EU's remembrance policy. However, the rules of the European political game and recurring ideological conflicts with left-wing opponents reduced the legal and judicial implications of this anti-communist grammar at the European level.This text will be of key interest to scholars and graduate students in memory studies, post-Communist politics and European studies, and more broadly in history, political science and sociology

    Laure Neumayer, Cécile Jouhanneau (dir.), La fabrique européenne des politiques de réconciliation, Necplus, 2014, 341 p. 

    Laure Neumayer, Georges Mink (dir.), History, memory and politics in Central and Eastern Europe: memory games, Palgrave Macmillan, 2013, 270 p. 

    Laure Neumayer, Georges Mink, L'Europe et ses passés douloureux, Cairn et La Découverte, 2010, Recherches  

    À l’ouest, à l’est ou au sud, on observe en Europe une résurgence des affrontements politiques autour de l’interprétation des conflits du passé. Un ajustement mémoriel entre la « nouvelle » et la « vieille » Europe est demandé par les nouveaux États membres de l’Union européenne (UE), qui se pose comme acteur dans la gestion de ces passés. De nombreux dispositifs institutionnels sont créés afin de produire de la réconciliation et du rapprochement, dans le cadre de sorties de conflits armés (ex-Yougoslavie, Irlande du Nord), de sortie de régime autoritaire (Europe du Sud, Europe centrale et orientale) ou encore d’héritages bilatéraux conflictuels (Allemagne/République tchèque, Pologne/Ukraine, Grèce/Turquie). Les façons de prendre en charge ces « brûlures du passé » sont très hétérogènes et c’est tout l’intérêt de cet ouvrage de donner à voir les mille facettes de ce mouvement de fond qui travaille nombre de sociétés européennes. Commissions bilatérales d’historiens, activités professionnalisées d’assistance au maintien de la paix, dispositifs muséographiques spécifiques ou interventions dans des arènes internationales (Conseil de l’Europe, OSCE, UE) : autant de stratégies d’historicisation des héritages conflictuels, visant la pacification des rapports sociaux ou la reconnaissance symbolique et l’intégration aux récits nationaux. Rendant compte de ces évolutions, les auteurs, spécialistes reconnus des différentes aires géopolitiques, s’intéressent aux pratiques des acteurs, à leurs manières de construire des agendas spécifiques, d’élaborer des prises en charge politiques ou humanitaires des situations post-conflits et de créer des modèles ou des savoir-faire particuliers, parfois porteurs de nouvelles formes d’intervention sociale

    Laure Neumayer, Georges Mink (dir.), Ievropa ta ii "bolisnii" minuvschini strategii istoriizuvanija ta ich vikoristanjia v levropi, Nika-Center, 2009, 271 p. 

    Laure Neumayer, Antoine Roger, Frédéric Zalewski (dir.), L'Europe contestée. Espaces et enjeux des positionnements contre l'intégration européenne: espaces et enjeux des positionnements contre l'intégration européenne, Michel Houdiard Éditeur, 2008, 272 p. 

    Laure Neumayer, Georges Mink (dir.), L'Europe et ses passés douloureux, La Découverte, 2007, Recherches, 268 p. 

    Laure Neumayer, L'enjeu européen dans les transformations postcommunistes: Hongrie, Pologne, République tchèque, 1989-2004, Belin, 2006, Europes centrales, 318 p. 

    Laure Neumayer, Dorota Dakowska (dir.), L'Union européenne élargie: acteurs et processus, l'Harmattan, 2004, 214 p. 

    Laure Neumayer, L'intégration à l'Union européenne, le cas hongrois: stratégie, attentes et représentations depuis la signature des accords d'association, 1996 

  • Laure Neumayer, « Le CEFRES, point d’ancrage pour la découverte de l’Europe centrale », in Jérôme Heurtaux (dir.), Pensées captives. Savoirs, pouvoirs et libertés académiques en Europe centrale (et au-delà), Editions Codex, 2023 

    Laure Neumayer, « "A common historical narrative for Europe? Reappraising Communism in European institutions” », in Elżbieta Hałas, Nicolas Maslowski (dir.), The Symbolic Politics of European (Dis)unification, Peter Lang Publishing, 2021 

    Laure Neumayer, « Agents of Memory », in Maria Mälksoo (dir.), Handbook on the Politics of Memory, Edward Elgar, 2021 

    Laure Neumayer, Georges Mink, « History, Memory and Politics in Central and Eastern Europe - memory Games - Introduction », in Georges Mink, Laure Meumayer (dir.), History, Memory and Politics in East Central Europe. Memory Games, Palgrave Macmillan, 2013, pp. 1-20   

    Laure Neumayer, « Symbolic Policies versus European Reconciliation: the Hungarian ‘Status Law’ », History, Memory and Politics in East Central Europe. Memory Games, 2013   

    Laure Neumayer, « Debating Europe in the Czech Republic: the "reluctant Europeans"? », in Robert Harmsen, Joachim Schild (dir.), Debating Europe: the 2009 European Parliament Elections and Beyond, Nomos, 2011, pp. 183-200     

    Laure Neumayer, Dorota Dakowska, « Entre stabilisation et incorporation de l’étranger proche : les élargissements de l’UE », in Réné Schwok, Frédéric Mérand (dir.), L’Union européenne et la sécurité internationale. Théories et pratiques, Bruylant, 2009, pp. 143-156   

    Laure Neumayer, Dorota Dakowska, « Elargissement », in Céline Belot, Paul Magnette, Sabine Saurugger (dir.), Science politique de l’Union européenne, Economica, 2008   

    Laure Neumayer, Sandrine Lefranc, Georges Mink, « La consécration internationale d'un pis-aller : une genèse des politiques de "réconciliation" », L'Europe et ses passés douloureux, La Découverte, 2007, pp. 233-246 

    Laure Neumayer, « Europe centrale. Éléments de comparaison : sondages, ingénierie électorale, référendums », in Jacques Rupnik (dir.), Les Européens face à l’élargissement – perceptions, acteurs, enjeux, Presses de Sciences Po, 2004, pp. 131-151     

  • Laure Neumayer, « Les mobilisations anticommunistes dans l'espace politique européen après la guerre froide », Critique Internationale, 2023, n°101, pp. 99-122 

    Laure Neumayer, « Recension de l'ouvrage de Ramona Coman, The Politics of the Rule of Law in the EU Polity, Londres, Palgrave Macmillan, 2022. », Politique européenne, 2023, n°1, pp. 226-230 

    Laure Neumayer, « Recension de l'ouvrage Velvet Retro. Postsocialist Nostalgia and the Politics of Heroism in Czech Popular Culture de Veronika Pehe, Berghahn Books, 2020 », Revue d'Etudes Comparatives Est-Ouest, 2023, n°2, pp. 177-182 

    Laure Neumayer, « Recension de l'ouvrage de János Mátyás Kovács et De Balázs Trencsényi, Brave New Hungary. Mapping the  System of National Cooperation , Lexington Books, 2020, 460 p. », Revue d'Etudes Comparatives Est-Ouest, 2021, n°1, pp. 254-257 

    Laure Neumayer, Valentin Behr, Muriel Blaive, Anemona Constantin, Máté Zombory, « An anti-comunist consensus: the black book of communism in pan-european perspective », Revue d'Etudes Comparatives Est-Ouest, 2020, n°2, pp. 55-88   

    Laure Neumayer, « Bridges across the Atlantic? Intertwined anti-communist mobilisations in Europe and the United States after the Cold War », Revue d'Etudes Comparatives Est-Ouest, 2020, n°2, pp. 151-183   

    Laure Neumayer, Sophie Baby, Raluca Grocescu, « Justice, Memory and Transnational Networks. European and South American Entanglements », Global Society, 2019, n°3, p. 307315 

    Laure Neumayer, Raluca Grosescu, Sophie Baby, « Introduction: Justice, Memory and Transnational Networks. European and South American Entanglements », Global Society, 2019   

    Laure Neumayer, Raluca Grosescu, Eva-Clarita Pettai, « TRANSNATIONAL ACTIVISM AND THE GLOBALISATION OF ANTI-COMMUNISM AFTER 1989 INTRODUCTION », Revue d'Etudes Comparatives Est-Ouest, 2019, n°23, pp. 9-19   

    Laure Neumayer, « Advocating for the cause of the “victims of Communism” in the European political space: memory entrepreneurs in interstitial fields », Nationalities Papers, 2017   

    Laure Neumayer, « Integrating the Central European Past into a Common Narrative: the mobilizations around the 'crimes of Communism' in the European Parliament », Journal of Contemporary European Studies, 2015, n°3, pp. 344-363     

    Laure Neumayer, Cécile Jouhanneau, « La fabrique européenne des politiques de réconciliation - Introduction », Revue d'Etudes Comparatives Est-Ouest, 2014, n°34   

    Laure Neumayer, Cécile Jouhanneau, « La fabrique européenne des politiques de réconciliation », Revue d'Etudes Comparatives Est-Ouest, 2014, n°34, p. 341 

    Laure Neumayer, «  Dépasser Trianon  : Les transformations du nationalisme hongrois, de la politique de la nation à la protection des minorités dans l'UE », Politique européenne , 2012, n° 37, pp. 102-131    

    Depuis la fin de la Guerre froide, les principales instances européennes (Union européenne, Conseil de l’Europe) ont modifié leur traitement de l’histoire en mettant en place des politiques mémorielles visant à répondre à de multiples demandes de reconnaissance « d’histoires douloureuses ». Cet article analyse les logiques de ce processus d’européanisation des questions mémorielles sous l’angle des investissements d’acteurs politiques qui, à partir de positions occupées simultanément dans divers espaces sociaux, cherchent à inscrire ce nouveau champ de compétence dans l’espace institutionnel de l’UE. La démonstration s’appuie sur une étude de cas – la loi sur le statut des Hongrois de l’extérieur de 2001 et ses prolongements récents - qui illustre les ressorts, et les effets, de la transformation d’une querelle bilatérale en enjeu européen. On montre notamment comment l’implication des organisations européennes, loin de résoudre ce conflit, a modifié les outils discursifs dans lesquels il s’exprime et conduit indirectement à consolider la catégorie controversée de « minorité nationale » dans les traités communautaires.

    Laure Neumayer, « 'Dépasser Trianon' : les transformations du nationalisme hongrois, de la 'politique de la nation' à la protection des minorités dans l'UE », Politique européenne, 2012, n°37, pp. 102-131   

    Laure Neumayer, Stéphanie Dechezelles, Michel Perottino, « Is Populism a Side-Effect of European Integration' Radical Parties and the Europeanization of Political Competition », Perspectives on European Politics and Society, 2010, n°3 

    Laure Neumayer, Stéphanie Dechezelles, « Introduction : Is Populism a Side-Effect of European Integration ? Radical Parties and the Europeanization of Political Competition », Perspectives on European Politics and Society, 2010, n°3, pp. 229-236 

    Laure Neumayer, Stéphanie Dechezelles, « Is Populism a Side-Effect of European Integration? Radical Parties and the Europeanization of Political Competition : Introduction », Perspectives on European Politics and Society, 2010, n°3, pp. 229-236   

    Laure Neumayer, « Mobiliser la  science  en investissant l'arène européenne : les ressources paradoxales de l'euroscepticisme du Parti civique démocratique tchèque (ODS) », Sociétés contemporaines , 2010, n° 80, pp. 113-132    

    RésuméUne interprétation courante de l'euroscepticisme repose sur une dichotomie entre des partis de gouvernement pro-européens qui respectent les règles du jeu politique et des formations protestataires eurosceptiques qui les remettent en cause. On raisonne alors dans des espaces politiques nationaux pris isolément, sans considérer que les acteurs partisans sont insérés dans des configurations plus larges. Or un positionnement à la frontière avec l'espace académique national ou avec l'arène politique européenne peut procurer les ressources nécessaires à la légitimation des critiques de l'intégration européenne. Une étude de cas centrée sur la production de l'expertise européenne du parti conservateur tchèque ODS, et de l'usage de cette « science » dans les réseaux libéraux eurosceptiques, permet de montrer le paradoxe de cette idéologie qui voit la contestation de l'espace politique transnational européen se dessiner elle-même sur un mode européanisé.

    Laure Neumayer, « Les études européennes en République tchèque : Entre héritages communistes et incitations communautaires », Politix , 2010, n° 89, pp. 125-144    

    RésuméL’invention d’une sous-discipline dédiée à l’intégration européenne au sein de la science politique tchèque montre que les effets de la construction communautaire sur les espaces académiques nationaux sont filtrés par d’importants effets de structure. La configuration changeante des études européennes au cours des années 1990 résulte d’une série d’investissements de la part d’« entrepreneurs d’Europe » qui possèdent des savoirs et des savoir-faire valorisés pendant la période de pré-adhésion, et à qui la coopération scientifique communautaire permet de développer des capitaux cosmopolites. Ces universitaires se positionnent toutefois dans l’espace scientifique conformément à l’équilibre entre capitaux intellectuels, académiques et politiques que leur trajectoire antérieure, parfois entamée avant 1989, leur permet de réaliser. Dans un espace académique tchèque encore peu stabilisé, l’importation des études européennes est ainsi influencée par une proximité entre acteurs politico-administratifs et acteurs universitaires qui tient tant à l’héritage communiste qu’aux logiques de la construction communautaire.

    Laure Neumayer, « MOBILISER LA SCIENCE EN INVESTISSANT L'ARÈNE EUROPÉENNE : LES RESSOURCES PARADOXALES DE L'EUROSCEPTICISME DU PARTI CIVIQUE DÉMOCRATIQUE TCHÈQUE (ODS) », Sociétés contemporaines, 2010, n°80, pp. 113-132   

    Laure Neumayer, « Les études européennes en République tchèque, entre héritages communistes et incitations communautaires », Politix, 2010, pp. 125-144   

    Laure Neumayer, « Europe : vision commune et conflits mémoriels », Savoir/Agir , 2009, n° 7, pp. 77-93   

    Laure Neumayer, « Euroscepticism as a Political Label: the Use of European Union Issues in Political Competitions in the New Member States », European Journal of political science, 2008, pp. 135-160   

    Laure Neumayer, « La naissance d'une politique publique  européanisée  : le secteur de l'asile en Hongrie et en République tchèque », Revue internationale de politique comparée , 2006, n° 13, pp. 239-257    

    RésuméCet article étudie l’émergence d’une politique d’asile et de protection des réfugiés dans les pays centre-européens, en particulier en Hongrie et en République tchèque, dans le cadre de leur adhésion à l’Union européenne. Il analyse plus spécifiquement l’acquisition de savoirs et savoir-faire « européens » par des acteurs issus du secteur académique, bureaucratique et associatif, afin de jouer un rôle d’interface entre espace politique communautaire et espace national.

    Laure Neumayer, « L'enjeu européen dans les compétitions partisanes en Europe Centrale », Revue française de science politique , 2006, n° 56, pp. 789-812    

    Résumé Cet article s’interroge sur l’européanisation des compétitions politiques sous l’angle des usages de la thématique européenne par les acteurs politiques hongrois, polonais et tchèques depuis 1989. Les questions européennes furent utilisées dans la définition des règles de la compétition politique démocratique et la création des identités partisanes. Elles alimentèrent les luttes de classement qui structuraient les espaces politiques selon trois dimensions : pour signifier l’inclusion et l’exclusion des acteurs du jeu politique ; dans les rapports de concurrence entre les participants légitimes de ce jeu ; dans les concurrences intrapartisanes. Prêter attention au caractère relationnel des prises de position sur l’Europe, dans une optique de sociologie partisane, permet de replacer les acteurs au cœur du processus d’européanisation.

    Laure Neumayer, « La naissance d'une politique publique européanisée : le secteur de l'asile en Hongrie et en République tchèque », Revue internationale de politique comparée, 2006, n°2, pp. 239-257   

    Laure Neumayer, « Pour une sociologie politique de l'européanisation : l'enjeu européen dans les compétitions partisanes en Europe centrale », Revue Française de Science Politique, 2006, n°5, pp. 789-812   

    Laure Neumayer, « Qui est pauvre en République tchèque ? », Le Courrier des pays de l'Est , 2005, n° 1051, pp. 30-41    

    La pauvreté est-elle apparue seulement après 1989 ? En réalité auparavant dissimulée et sans définition précise, ses contours sont devenus plus discernables, de même que ses origines. Il existe néanmoins un hiatus entre le seuil de pauvreté officiellement fixé et la perception qu’ont les gens de se sentir pauvres ou non. Des mesures ont été introduites pour la prévenir ou la juguler (allocations chômage, revenu minimum vital, salaire minimum, pensions d’invalidité...) contestées par les libéraux, au prétexte qu’elles favorisaient l’abandon de la vie active sans espoir ni envie de retour, et qui constataient par ailleurs la relative facilité avec laquelle il était possible de quitter momentanément la vie active (congés maladie en forte hausse) ou définitivement (préretraites). Mais comment mesurer et différencier les divers types de pauvreté, alors que de nombreux indicateurs à la fois objectifs et subjectifs sont à prendre en compte ? C’est tout le problème, pour pouvoir ensuite prendre les mesures adéquates pour combattre ce phénomène. Un minirecensement a bien montré que les principaux changements sont intervenus plus dans la composition même de la population pauvre que dans son volume : auparavant les retraités et les familles nom-breuses, après 1989, surtout les chômeurs, dont le nombre a crû particulièrement après 1997, notamment ceux de longue durée. Enfin, est apparu récemment un nouveau groupe, celui des «travailleurs pauvres», que l’auteur assimile aux «pauvres sans emploi».

    Laure Neumayer, « Introduction : repenser l'impact de l'adhésion », Politique européenne , 2005, n° 15, pp. 5-27   

    Laure Neumayer, Dorota Dakowska, « Introduction : Repenser l'impact de l'adhésion », Politique européenne, 2005, n°15, pp. 5-27   

    Laure Neumayer, « L'européanisation indirecte des pays candidats à l'adhésion à l'Union Européenne : le cas des politiques publiques de concurrence en Pologne et en République Tchèque », Politique européenne , 2003, n° 10, pp. 121-147    

    L'étude des liens entre la transformation des systèmes politiques des pays d'Europe centrale et leur préparation à l'adhésion à ITJE est un objet marginal des études européennes comme de l'analyse du post-communisme. Cet article propose un cadre théorique permettant d'étudier la pré-adhésion comme une européanisatwn indirecte, en s'interrogeant sur ses mécanismes et son impact sur les systèmes politiques nationaux. Cette approche est ensuite appliquée à une étude comparative de la politique de concurrence en Pologne et en République tchèque de 1990 à 2001. Nous analysons l'institutionnalisation des relations entre IVE et ces pays, et ses effets sur les jeux des acteurs, pour montrer comment de telles études sectorielles peuvent contribuer au débat sur les liens entre post-communisme et préadhésion, en replaçant ces processus dans le cadre général de l'étude du changement politique.

    Laure Neumayer, « L'EUROPEANISATION INDIRECTE DES PAYS CANDIDATS A L'ADHESION A L'UNION EUROPEENNE : LE CAS DES POLITIQUES PUBLIQUES DE CONCURRENCE EN POLOGNE ET EN REPUBLIQUE TCHEQUE », Politique européenne, 2003, n°10, pp. 121-147   

    Laure Neumayer, Georges Mink, « Contagion anti-européenne en Europe centrale », 2002, pp. 665-681    

    Dans les pays d'Europe centrale, et notamment en Hongrie, en Pologne et en République tchèque, la question de l'adhésion à l'Union européenne cristallise les enjeux partisans sur les différentes scènes politiques. L'arrivée d'acteurs prônant le repli sur soi et le retour à une identité nationale revivifiée concurrence le discours, plutôt favorable à l'élargissement, des anciens dissidents ou des ex-communistes au pouvoir. Ces nouveaux acteurs nourrissent des sentiments antidémocratiques et manient les symboles de l'histoire nationale à des fins de radicalisation anti-européenne (question des Sudètes, Maison des expulsés, spectre d'une colonisation occidentale à travers l'Union). Par ailleurs, le calendrier actuel de la construction européenne (liberté de circulation des travailleurs et des capitaux, questions financières...) n'exerce pas une très grande force d'attraction auprès des populations : on peut se demander si les sondages effectués quant à l'adhésion, qui restent pour l'instant favorables, rendent compte justement de l'état des opinions.

    Laure Neumayer, « L'agenda des négociations, les stratégies d'adhésion et la situation fin 2001 », 2002, pp. 45-65    

    Le « grand élargissement » de l'Union européenne proposé au sommet de Laeken de décembre 2001 constitua un tournant de la politique de conditionnante et de différenciation menée par la Communauté puis l'Union européenne en Europe centrale et orientale depuis une décennie. Celle-ci fit de la perspective d'adhésion une contrainte et une ressource centrale de la gestion des transformations structurelles pour les acteurs internes des pays post-socialistes, redéfinissant ainsi les frontières entre les déterminants internes et externes des politiques étatiques. Cet article expose les principales caractéristiques des politiques d'intégration menées par les pays candidats à l'adhésion en même temps qu'ils s'engageaient dans leurs transformations, ainsi que les ajustements successifs entre les logiques endogène et exogène de leur « préparation à l'adhésion ». Il montre ensuite comment la dynamique spécifique des négociations d'adhésion s'est ajoutée, à partir de mars 1998, à cette dimension interne de la préparation en retraçant le déroulement des deux premières phases de ces discussions et leurs enjeux jusqu'à la fin de l'année 2001.

    Laure Neumayer, « Emergence de l'enjeu européen dans trois pays candidats à l'intégration à l'Union européenne : Pologne, Hongrie, République Tchèque », Politique européenne , 2001, n° 3, pp. 166-170   

    Laure Neumayer, « Opinions publiques et partis politiques face à l'intégration européenne en Hongrie, Pologne et République tchèque », 1999, pp. 139-164    

    Envisagée avant tout sous l'angle économique, l'intégration européenne est approuvée par une majorité de ces populations et d'abord par leurs élites. Elle suscite aussi des réticences fondées sur une méconnaissance généralisée de l'Union européenne, des visions concurrentes de l'avenir du pays, ainsi que des craintes sociales, économiques ou liées à la délégation partielle de la souveraineté. Le consensus relatif à l'Europe a cependant joué un rôle central dans l'émergence des partis politiques en 1989-90, permettant à certains d'entre eux de se créer ou re-créer une légitimité. Trois pôles se sont ensuite cristallisés, schématiquement qualifiés de pro-européens, d' anti-européens et d'euro-sceptiques. Malgré cette différenciation accrue du champ politique et l'ouverture des négociations d'adhésion, les populations sont peu impliquées dans ce processus et le débat européen reste relativement superficiel dans les trois pays étudiés.

  • Laure Neumayer, Sandrine Devaux, Irmina Matonyte, Michel Perottino, Le congrès de Tampere, Centre National de la Recherche Scientifique, Paris : Centre National de la Recherche Scientifique et PERSÉE : Université de Lyon, CNRS & ENS de Lyon, 2000, pp. 229-236    

    Devaux Sandrine, Matonyte Irmina, Neumayer Laure, Perottino Michel. Le congrès de Tampere. In: Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 31, 2000, n°3. Les communistes en Europe centrale. Le système éducatif en Russie. pp. 229-236.

  • Laure Neumayer, The Criminalization of Communism in the European political space after the Cold War, 2019 

  • Laure Neumayer, Sandrine Lefranc, « Sorties de conflit », Congrès AFSP, atelier, Toulouse, le 06 septembre 2007 

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL
  • Homayoun Mallyar, Sociologie politique des migrations , thèse en cours depuis 2022  

    Cette thèse se propose d'analyser l'impact des changements politiques, économiques et sociaux intervenus en Afghanistan sur les différentes générations de migrants arrivés en France depuis les années 1980. Elle articule l'étude des caractéristiques de ces migrants avec les changements de la politique migratoire française pour comprendre l'impact de ces changements sur cette population migrante. Un aspect complémentaire sera l'analyse des trajectoires biographiques des migrants afghans, afin de saisir les ressources sociales, économiques et politiques à leur disposition pour résister aux violences et aux discriminations.

    Ebubekir Tavaci, Le Parlement européen face à la politique migratoire , thèse en cours depuis 2021 en co-direction avec Antoine Vauchez 

  • Sarah Sajn, Sarajevo coeur de l'Europe ? : fabrique, performances et ambivalences de l'européanité en Bosnie-‐Herzégovine, thèse soutenue en 2022 à AixMarseille sous la direction de Philippe Aldrin, membres du jury : Florian Bieber (Rapp.), François Foret et Cécile Jouhanneau    

    A l’approche du centenaire de la Première Guerre mondiale et l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, une multitude d’acteurs se mobilise pour commémorer ces événements en Bosnie-Herzégovine. La fondation « Sarajevo cœur de l’Europe », regroupant des institutions de pays membres de l’UE et la mairie de Sarajevo, promeut une communauté européenne de destin et suggère le rôle positif du processus d’intégration européenne dans la réconciliation et la pacification des sociétés. Cette intervention mémorielle est contestée par d’autres acteurs qui soutiennent d’autres conceptions de l’histoire et de la communauté́ politique, au premier rang desquels le parti de gouvernement en Republika Srpska. En utilisant les outils de la sociologie de la mémoire, de l'action publique et de l'international, cette thèse s’intéresse à la configuration transnationale d’acteurs que l’enjeu mémoriel de 2014 cristallise. Ces acteurs, situés dans différents espaces (politiques, culturels), luttent et jouent de leurs ressources internationales et/ou locales dans la fabrique et la performance de l’européanité. La thèse montre les rapports de domination inhérents à l'exercice du pouvoir et à la définition du collectif aux frontières de l'Europe. Ce travail est basé sur une enquête qualitative multi-sites entre Bruxelles, Sarajevo et Višegrad, combinant analyse d'archives, entretiens et séances d'observation des coulisses et de la scène de la commémoration

  • Ringaile Kuokstyte, Engagement par émulation des pays baltes en matière d’aide : une mise en perspective par rapport aux pays de Visegrád et l'étude de cas lituanienne, thèse soutenue en 2014 à Paris 1 sous la direction de Yves Viltard, membres du jury : Jean-Jacques Gabas (Rapp.), Thomas Lindemann (Rapp.), François Pacquement  

    La thèse a pour objectif principal de contribuer à l’étude des déterminants de l’engagement des pays donateurs en matière de développement. En constatant une progression universaliste dans la recherche de tels déterminants, qui consiste à identifier des variables indépendantes communes pour l’ensemble des bailleurs de fonds, la thèse est partie pour défier cette recherche tout en l’enrichissant. Le défi renvoie à l’étude de cas spécifique de l’engagement balte en faveur de l’aide. Il s’agit d’un défi pluriel, empirique comme méthodologique. Sur le plan empirique, c’est un contexte historique particulier des pays baltes, celui de l’adhésion à l’UE et l’obligation de contribuer aux efforts de la communauté des bailleurs de fonds européens, qui est à noter. De repères méthodologiques font défaut en raison du manque de données et de recherche systématique sur le sujet. La thèse propose de neutraliser les biais qui peuvent en résulter en mettant l’engagement balte en perspective par rapport aux pays de Visegrád, disposant de l’expérience en matière d’aide étrangère de l’époque d’avant 1989. En dépit du manque d’une expérience propre, le trio balte affichent des efforts en faveur des populations plus démunies à la hauteur des pays de Visegrád. L’engagement en ressort comme une réalité sociopolitique complexe, dépassant le registre incrémental et la contrainte de l’UE. Il s’affirme à l’échelle européenne comme un processus d’émulation intergouvernementale. Un ancrage social de ce processus relève pourtant moins d’une croyance absolue en ce qui est adéquat que d’un effort raisonné de ne pas se distinguer parmi ses pairs.