Yannick Ganne

Professeur
Droit public.

Centre Universitaire de Recherches sur l'Action Publique et le Politique - Épistémologie et Sciences Sociales
  • THESE

    L'ouverture du droit aux sciences sociales : contribution à l'étude du droit savant américain contemporain, soutenue en 2019 à Strasbourg, sous la direction de Éric Maulin, membres du jury : Robin Stryker     

  • Yannick Ganne, L'ouverture des facultés de droit aux sciences sociales: contribution à l'étude du droit savant américain contemporain, Institut francophone pour la justice et la démocratie, 2021, Collection des thèses, 650 p. 

    Yannick Ganne, Charles-Édouard Aubert, Emilien Rhinn, Jean-Baptiste Varoqueaux, Guillaume Wattellin, Melis Aras (dir.), La coexistence des droits: [4e colloque des doctorants et jeunes docteurs de l'École doctorale des Sciences juridiques (ED 101), Strasbourg, 9 décembre 2016], Editions Mare & Martin, 2019, Droit & science politique, 292 p.  

    La 4e de couv. indique : "Posée par les juges dès le début du Moyen Âge, cette question demeure l’une des illustrations les plus saisissantes de la diversité des normes et des ordres juridiques à travers l’Histoire. De nos jours, un constat semblable s’impose : au sein d’un même espace, plusieurs droits peuvent être amenés à cohabiter, voire à interagir. À l’heure où les droits supranationaux confirment leur importance sur la scène juridique, et où la question de leurs rapports avec les droits nationaux est inévitable, le thème de la coexistence des droits est des plus actuels. Le sujet invite à explorer les origines et les conséquences des situations de coexistence des droits, qu’elles soient contemporaines ou plus anciennes. En explorant de nombreux domaines du droit, les actes de la journée d’études organisée à l’université de Strasbourg le 9 décembre 2016 proposent à la fois des réponses et des pistes de réflexions pour le juriste du XXIe siècle"

  • Yannick Ganne, « L’anticipation de l’urgence par le droit. Contribution à l’étude de l’emergency preparedness et des pouvoirs de crise aux États-Unis », in Manuela BRILLAT, Antonin FORLEN, Celia HOFFSTETTER, Nicolas KILGUS (dir.) (dir.), Le droit face à l’urgence, Mare & Martin, 2016, pp. 163-182 

    Yannick Ganne, « La sociologie dans les doctrines contemporaines du droit aux États-Unis », in Olivier JOUANJAN, Elizabeth ZOLLER (dir.) (dir.), Le moment 1900. Critique sociale et critique sociologique du droit en Europe et aux États-Unis, Panthéon-Assas, 2015, pp. 273-308 

  • Yannick Ganne, « État des lieux du droit de vote aux États-Unis à la suite des élections de 2020 », Europe des Droits & Libertés / Europe of Rights & Liberties, 2021, n°1, pp. 84-95----------------2020 

    Yannick Ganne, Alain Pottage, « Le droit d’après l’anthropologie : objet et technique en droit romain »: Traduction par Yannick Ganne de "Law after Anthropology: Object and Technique in Roman Law", Clio@Thémis : Revue électronique d'histoire du droit, 2020, n°19, p. 218 

    Yannick Ganne, « Les juristes universitaires américains : des chercheurs en sciences sociales (pas) comme les autres », Revue de la Recherche Juridique - Droit prospectif, 2020, n°33, pp. 1619-1639 

    Yannick Ganne, Mark C. Suchman, Elizabeth Mertz, « Vers un nouvel empirisme juridique : les Études Juridiques Empiriques et le Nouveau Réalisme Juridique », Clio@Thémis : Revue électronique d'histoire du droit, 2017, n°12   

  • Yannick Ganne, « La normalisation des approches de sciences sociales au sein des facultés de droit américaines », le 27 mai 2021  

    Séminaire ThéorHis organisé par le CTAD, Université Paris Nanterre

Actualités Publications ENCADREMENT DOCTORAL
  • Cécile Montanini, La justice écologique : contribution aux approches contemporaines des relations aux non-humains, thèse soutenue en 2023 à Strasbourg sous la direction de Éric Maulin, membres du jury : Laurent Fonbaustier (Rapp.), Sarah Vanuxem (Rapp.)  

    Afin d’offrir de l’intelligibilité à un concept fuyant comme celui de « justice écologique », cette étude se propose d’établir une grille de lecture des différents courants qui la traversent. La justice écologique s’entend, ici, comme une réflexion sur les manières de rééquilibrer les relations entre les êtres humains et les non-humains, dans leurs dimensions anthropologiques, éthiques et juridiques. Au croisement de la philosophie et du Droit, la thèse a pu mettre en évidence trois grands courants au sein de la justice écologique, selon leur positionnement théorique à l’égard des valeurs et institutions de la Modernité ; la justice écologique anthropocentrique (JEA) qui s’est construite dans le prolongement de ces dernières ; la justice écologique bio-centrée (JEB) qui cherche à dépasser l’anthropocentrisme moral et le droit de l’environnement moderne avec la reconnaissance des droits de la Nature ; et, enfin, la justice écologique humaniste (JEH) qui vise moins à évacuer l’héritage de la Modernité qu’à le repenser, notamment dans ses aspects juridico-politiques.